Présentation mairie

Jusqu'en 2014 chef-lieu de canton du département de la Loire, Saint-Jean Soleymieux fait désormais partie du canton et de l’arrondissement de Montbrison.

BLASONSaint-Jean-Soleymieux, 859 habitants en janvier 2013 et 1647 hectares, est situé dans les Monts du Forez, aux confins sud-ouest du département de la Loire et en limite du département du Puy de Dôme. Le village a rejoint au 1er janvier 2017 l'Agglomération Loire-Forez (88 communes), dont le siège se site à Montbrison.

La commune n’est pas très éloignée de plusieurs pôles urbains et industriels :

  • Montbrison, la sous-préfecture, n’est qu’à 16 kilomètres au nord.
  • Saint-Etienne, la préfecture, à 40 kilomètres au sud-est.
  • Le bassin économique d’Andrézieux-Bouthéon à moins de 30 kilomètres dans la vallée de la Loire à proximité de l’autoroute A72 et de l’aéroport de Saint-Etienne/Bouthéon.

Démographie.

Saint-Jean-Soleymieux a été confronté au problème d’exode rural entre 1962 et 1975 : 627 habitants en 1962, 584 en 1968, 548 en 1975 représentant le creux démographique. La période 1975/1982 a été marquée par un revirement de tendance avec une reprise démographique de 33 habitants. La période 1982/2010 a confirmé cette tendance. Entre 1975 et 2010 la commune a vu sa population augmenter de 302 habitants, soit près de 55%.

La commune a bénéficié d’un desserrement des populations urbaines et d’une recherche de vie agréable à la campagne à un prix très abordable.

  • repas-3
  • 7 table d orientation
  • SONY DSC
  • jv
  • web
  • Fdb 1

Situation géographique.

Le territoire de la commune, qui forme un vaste losange de 5 kilomètres d’est en ouest et de 3 kilomètres du nord au sud, appartient à une zone de montagne. Son altitude moyenne dépasse 900 mètres avec un dénivelé important de plus de 500 mètres entre le point le plus bas (695 mètres environ, en limite avec les communes de Soleymieux et de Chenereilles) et le point le plus haut (1204 mètres aux Grands Deveys, près de la Chaulme et de Saint-Clément de Valorgue).

Le bourg de Saint-Jean-Soleymieux (757 mètres d’altitude au niveau de l’église), bien exposé, est une zone privilégiée de la commune.

La commune appartient au bassin versant de la Mare, qui prend sa source sur le territoire de Gumières. Il convient de signaler que la zone montagneuse de Saint-Jean-Soleymieux constitue un véritable château d’eau potable, qui alimente les populations de Saint-Jean-Soleymieux, Soleymieux et Boisset-Saint-Priest, grâce au Syndicat Intercommunal des eaux du Moulin Juquel. La présence de tourbières dans ce secteur est un élément naturel remarquable. On mentionnera celle de la Prenarde de 12 hectares environ.

L’église et sa crypte, classée monument historique, s’inscrivent tout à fait dans le paysage villageois. Le clocher, couvert de tuiles, marque discrètement la silhouette du village. Les constructions les plus importantes : mairie, école, poste, perception, maison de retraite, gendarmerie, centre de secours, marquent aussi le paysage villageois.

Economie.

Le pôle d’emplois, toutes activités confondues, avoisine les 200 emplois, sachant qu’il était de seulement146 en 1975 et 176 en 1990. Alors que l’on comptait plus de 50 exploitations agricoles en 1978, leur nombre est de seulement 6 ou 7 aujourd’hui.

La superficie moyenne par exploitation de l’ordre de 60 hectares est remarquable comparativement à celle des décennies antérieurs (9 hectares en 1970).

La commune compte environ 650 hectares boisés sur une superficie de 1647 hectares, soit un taux de boisement de 40% environ.

En qualité de chef-lieu de canton, la commune bénéficie d’un certain niveau de services appréciés par la population. Les activités artisanales sont relativement limitées mais offrent quelques emplois dans les métiers du bâtiment : maçonnerie, charpente, menuiserie, plâtrerie, peinture, électricité, plomberie, sanitaires et chauffage. On notera la présence d’autres activités artisanales spécialisées, en particulier la création et l’entretien d’espaces verts paysagers, coiffure et publicité. Les activités commerciales et de service sont bien représentées : épicerie, vente de produits du terroir, boucherie/charcuterie, boulangerie, bar/tabac, bar/restaurant, agence bancaire tout comme les métiers d’art : gravure sur métaux et fabrication de bijoux. Une des forces du chef-lieu de canton est la présence de services liés à cette fonction avec notamment l’Agence Postale, la Gendarmerie, le Centre de Secours et d’Incendie, la Maison de Retraite, le dépôt voirie du Conseil Général, une étude notariale…

Le parc immobilier comptait en 2010 une majorité d’habitations principales (324) et un certain nombre de logements occasionnels, résidences secondaires et logements vacants (161).

On notera la continuité du bourg de Saint-Jean-Soleymieux avec celui de Soleymieux et la présence d’un centre médical à Soleymieux comprenant un cabinet médical avec 2 médecins, un cabinet dentaire, un kinésithérapeute, un orthophoniste et une pharmacie.

Les communes de Saint-Jean-Soleymieux et Soleymieux partagent un Regroupement Pédagogique avec 2 écoles, une par commune, 6 classes et plus de 160 enfants scolarisés.

La commune est propriétaire du site de Thinereilles (ancien site foire du bois) d’une superficie de 29 000 m2 environ. Une partie des bâtiments (environ 350 m2) a été aménagée en centre technique, l’autre partie est occupée par deux artisans, dont un charpentier.

La reconstruction d’un bâtiment communal détruit par un incendie a permis de créer deux beaux locaux superposés loués à des artisans. Deux associations (ACCA la Montagne/St. Jean-Soleymieux et la MJC disposent de locaux).

Dans son Plan Local d’Urbanisme (PLU) la commune a défini des orientations d’urbanisme et d’aménagement en vue de favoriser le renouvellement urbain en préservant la qualité architecturale et l’environnement. Deux projets importants ont été réalisés ces dernières années : l’aménagement du bourg et la réhabilitation du bâtiment « mairie », qui font de Saint-Jean-Soleymieux un espace d’accueil attractif.